Contrat de projet 2017 : les acteurs institutionnels décidés à mieux collaborer

Le comité de pilotage du contrat de projet 2015-2020 s’est réuni le 3 mars dernier pour appuyer les projets d’envergure des collectivités en matière d’alimentation en eau potable, de gestion des déchets et d’assainissement des eaux usées. Les communes souhaitent s’‘impliquer davantage dans l’instruction et le suivi des dossiers.
5 des 6 dossiers retenus concernent l’alimentation en eau potable©spc.pf

Les membres du comité de pilotage du contrat de projet se rencontrent chaque année afin de déterminer les projets relevant des domaines qui feront l’objet d’un appui conjoint du Pays et de l’Etat.

Préalablement, les communes et leurs représentants sont invités à se présenter devant un comité d’instruction et de suivi afin d’exposer leurs projets. Vingt trois projets étaient cette année en compétition. Trois dossiers concernaient la gestion des déchets, un seul l’assainissement des eaux usées, et les 19 autres traitaient de l’alimentation en eau potable. Le tout représente un potentiel d’investissement de plus de 4 milliards de F CFP.

Au final les membres du comité de pilotage ont retenu pour l’exercice 2017 une programmation hiérarchisée de six opérations pour un montant global de 1,119 milliards Cfp. A l’exception de l’opération de la commune de Bora Bora ayant trait à réalisation d’une unité de traitement du verre, toutes les autres dossiers retenus concernent l’alimentation en eau potable.

Une fois déduite la part que les communes doivent  prendre à leur charge (de 15 à 5% selon le nombre d’habitants), le Pays et l’Etat soutiennent de manière égale le reste de l’investissement.

 

Améliorer la méthode de travail et le partage de l’information

Le contrat de projet a pour vocation d’accompagner les communes à atteindre les objectifs réglementaires fixées par le code général des collectivités territoriales, et en matière environnementale. Réalisée il y a quelques années déjà, une étude de l’AFD avait estimé globalement les besoins de financement des communes à près de 100 milliards de F CFP.

Porte parole des élus communaux le président du SPCPF a pointé des moyens financiers qui n’apparaissent pas à la hauteur vous des enjeux. Néanmoins et face à la faible consommation des crédits octroyés aux communes, Cyril TETUANUI s’est engagé à ce que le SPCPF accompagne les communes dans la réalisation de leurs projets.

Les élus communaux ont également exprimé leur souhait d’être mieux associés à la programmation des dossiers retenus, et ont demandé que les critères concourant à la sélection finale des projets soient partagés. Dans l’objectif d’un meilleur appui par le SPCPF, ils souhaitent également être associés au suivi des dossiers ayant fait l’objet d’une programmation.

Le Haut commissaire de la République ainsi que le Vice président du Gouvernement se sont déclarés favorables à partager avec les maires les problématiques budgétaires qui sont les leurs.  Il en va de même s’agissant de la qualité des informations à destination du monde communal. Le représentant du Pays a précisé sur ce point qu’il n’y avait rien de choquant dans les demandes formulées par les Tavana.